Too fast for techno

Serge Adam (trompette, électronique)
Régis Huby (violon acoustique et électrique, violon ténor électro-acoustique)

 


Doc 073 - double digipack (1cd stéréo + 1 cd dts 5.1)
Commander ce CD / To order

extrait 1 (quicktime) : Too fast for techno / Le Triton / 30 novembre 2005
extrait 2 (quicktime) : Too fast for techno / Le Triton / 30 novembre 2005

 

 

Duo électro-acoustique : un projet artistique prenant sa source dans la confrontation–complémentarité des timbres et des modes de jeu où le traitement sonore interroge l’autre en permanence. Dans une grande complicité, les solistes puisent dans ces propositions les éléments développés dans l’improvisation en construisant ensemble, une matière sonore en constante évolution.

An electro acoustic duo : an artistic project originating from complementary yet conflicting timbre and phrasing which then branch out and are permanently questioned by the sound treatment. A constantly evolving sound results from the solists’ .collective improvisation derived from these elements.

 

"Fondateur du label Quoi de neuf docteur et agitateur de la scène des musiques vraiment actuelles, Serge Adam est une tête chercheuse qui a investi depuis déjà pas mal d'années le terrain électronique pour y creuser un sillon original, alimenté par son enracinement dans l'improvisation. Il multiplie les projets comme autant de pistes d'investigation.
Mieux : il prend le pari de proposer sur un CD séparé une version DTS 5.1 (diffusion en multicanaux), afin de bénéficier des qualités optimales d'écoute permises par les apports de la technologie.
Au delà de cet aspect formel, dont les audiophiles lui seront gré, le trompettiste pose des questions qui ont de nombreuses conséquences sur son jeu et sa façon de "composer"... Jusque dans son titre, l'ouverture Nothing expeted a valeur programmatique de ce qui se trame dans ce duo qui l'associe au violoniste Régis Huby. Des cordes en boucles serrées servent de tapis (plus fonctionnel et moins décoratif qu'une simple tapisserie), sur lequel l'un et l'autre s'envolent et s'enroulent en de merveilleuses évolutions, aussi prospectives que sensuelles. La grâce d'un souffle léger troue l'ambiance sombre, celle des multiples surimpressions des violons (acoustique, électrique...), laissant apparaître de jolis rais de lumière bleutée.
Comme un souvenir émouvant - mais bien vivant - de jazz dans un univers plus proche de l'ambient, voire de la techno minimaliste..."

Jacques Denis - Jazzman - décembre 2005